Rechercher dans le site

Cristo de la Calle

Leur petit Plus

Créée en 1993 dans la province d’Imbabura, l’association Cristo de la Calle se dédie à l’amélioration des conditions de vie des familles et enfants, parmi les plus vulnérables.

Ibarra, capitale de la province, est confrontée, tout comme le reste de l'Équateur, à de fortes inégalités sociales et d’accès aux droits, des problèmes familiaux et une criminalité qui touchent les groupes les moins intégrés à la communauté. Cet environnement social difficile donne souvent lieu à des abandons d’enfants et adolescents, qui se retrouvent alors livrés à eux-mêmes, situation favorisant le travail infantile et la mendicité.

La priorité de l’association est le bien-être et la sécurité des enfants pris en charge. Son action s’oriente en effet aux plus exposés à des situations de marginalisation voir d’exclusion, et assure un cadre sure et stable où les enfants pourront se développer et se construire. L’accent est surtout mis sur la nécessité de mettre en place des actions communes, intégrant les personnes, les institutions publiques et privées, le gouvernement pour mieux faire face aux problèmes sociaux rencontrés par les familles de la région d’Imbabura.

Les membres de l’association s’engagent pour que chaque enfant ou adolescent puisse vivre au sein d’une structure familiale stable, et que les familles soient soutenues dans leurs rôles d'éducation, de protection, d'accompagnement et de sécurité de l’enfant. Cristo de la Calle met l'accent sur l’émancipation et la responsabilisation de chacun, via un processus d'apprentissage long qui permet à chaque famille d’être autonome dans l’éducation des enfants.

L’association Cristo de la Calle est une organisation qui est aussi une référence en termes de changement social, d’accompagnement des enfants et de leurs familles, et dont les  projets et pratiques innovantes influencent souvent la définition des politiques publiques régionales et nationales.

Cristo de la Calle

Milite pour la diffusion des droits des enfants et adolescents et accueille des enfants en situation de risque, de vulnérabilité, de crise, de menace ou de violation de leurs droits.

Andes / Imbabura
6;0.364778;-78.13064600000001
Santé Education
Enfants en bas âge Adolescents Jeunes adultes Adultes
Humain

Actualités

Les enfants de Cristo de la Calle ont bien profité de leurs vacances !

Vendredi 28 Février 2014

Le moins que l'on puisse dire, c’est que les vacances n'auront pas été de tout repos pour les enfants de Cristo de la Calle !

En effet, accompagnés de volontaires et de membres du personnel de l'association, une vingtaine d'enfants entre 4 et 18 ans ont profité des différentes sorties et activités proposées par l'association, en janvier et février.

Ils ont ainsi pu s'amuser dans le complexe touristique du Yaguachi, barboter dans la piscine du fameux hôtel Montecarlo ou encoresuivre des activités de gymnastique, de théâtre et de fitness au parc Céntrica Bulevar. 

 

Toutes ces sorties sont essentielles pour égayer le quotidien de ces enfants au parcours de vie complexe.

C’est donc avec des souvenirs plein la tête que tous, petits bouts de chou et plus grands, ont repris ce mois-ci le chemin de l'école !




Cristo de la Calle célèbre la Journée Internationale de l’Enfance

Samedi 1 Juin 2013

En 1954, l’Assemblée Générale de l’ONU a recommandé à tous les pays d’instituer une Journée mondiale de l’enfance qui serait une journée de fraternité mondiale et compréhension entre les enfants, et d’activités favorisant leur bien-être, dans le monde entier. Message reçu cinq sur cinq à Ibarra. L’association Cristo de la Calle et le groupe corporatif El Norte y ont profité de cet appel journée pour organiser une journée d’activité pour les cent soixante-cinq enfants pris en charge par la fondation.

La journée s’est déroulée dans le complexe récréatif « Yuyucocha ». Différentes activités ont été mises en place : ateliers de magie, peinture sur visage... Un spectacle de jonglerie et de tours de magie a également été présenté, pour le bonheur des petits et des grands ! Les plus jeunes ont participé très activement et se sont montrés très heureux de telles activités.

Grâce à cet évènement, la fondation Cristo de la Calle affirme une nouvelle fois le droit des enfants et adolescents à avoir des loisirs et à jouer (droit reconnu dans la Déclaration des Droits de l’enfant). 



Cristo de la Calle fête ses 19 ans et ouvre ses portes au public

Samedi 13 Octobre 2012

19 ans, ça se fête! Cristo de la Calle a donc saisi l’occasion pour organiser une journée « portes ouvertes » et réunir familles et amis de la fondation le 13 octobre 2012 à Ibarra.

Grâce au soutien des amis et partenaires de l’association, compétitions sportives, stands d’information sur les activités de l’association, ateliers éducatifs et ludiques, tombola, etc. ont été mis en place pour nourrir cette journée. En plus, les enfants et toutes les personnes présentes ont pu profiter d’un spectacle de danse.

Le soleil eût beau ne pas être au rendez-vous, cette journée a tout de même permis au public de redécouvrir les activités de l’association, tout en amusant petits et grands autour de diverses animations.

Partage et bonne humeur ont donc été les maîtres mots de cette journée !



Camp de vacances – Se remémorer les jeux traditionnels

Jeudi 6 Septembre 2012

Divisé par groupe d’âge (de 3 à 5 ans, de 6 à 11 et adolescents), chaque participant a été associé à une éducatrice sociale, une éducatrice familiale et des bénévoles.

Les activités proposées ont été variées et incluaient la natation, des jeux dirigés, de la peinture, du dessin, de la danse thérapeutique, des jeux traditionnels (toupie, quilles, corde, marelle) et des randonnées pédestres dans divers endroits tels que le complexe touristique Yuyucocha, la colline de Guayabillas, la cascade de Peguche ou la lagune de Yahuarcocha.

Les loisirs sont un élément important du développement intégral des enfants et adolescents puisqu’ils favorisent les relations sociales et interpersonnelles. Il était donc nécessaire de réaliser cette activité récréative en ayant comme objectif de favoriser des environnements où les enfants et les adolescents peuvent jouer, sauter, courir, partager et socialiser.

Les 70 bénéficiaires de la fondation qui ont participé avec enthousiasme et ont profité des différentes activités organisées ont manifesté leur désir que ce type d’activité continue d’être promeut afin de favoriser l’intégration et la saine détente. Ces moments sont des occasions privilégiées pour les enfants de partager entre eux, à l’intérieur et à l’extérieur de la fondation, et de se réunir dans un environnement différent. Cette activité récréative, qui s’est conclue le 17 août avec une promenade à la plage Las Peñas dans la province d’Esmeraldas, a été un franc succès pour les participants. Ce type d’activités sera renouvelé au courant de l’année.



Sortie à la plage de las peñas

Vendredi 17 Aout 2012

Le 17 août dernier a eu lieu une sortie pour les bénéficiaires de la fondation Cristo de la Calle à la plage de Las Peñas, près de San Lorenzo. Environ 150 enfants et adolescents, et leurs familles ont pu profiter d’une journée de détente propice au partage. En plus de favoriser un contact avec la nature, qui est un élément important dans le développement des enfants, l’activité a suscité le contact physique et interpersonnel au sein des familles afin de renforcer leurs liens affectifs dans un cadre favorisant le partage, le jeu, et le maintien des relations familiales.

L’objectif de la fondation Cristo de la Calle à travers cette sortie est d’apporter aux enfants et adolescents, et à leurs familles un espace de détente différent qui renforce les liens familiaux. Cette sortie, qui clos le camp d’été tenu pendant un mois par la fondation Cristo de la Calle, a permis à l’organisation de mieux cerner l’image qu’entretiennent les bénéficiaires, qui ont d’ailleurs indiqué que ce type d’activités récréatives les aidaient à partager, à se détendre et à s’intégrer, tout en découvrant de nouveaux lieux.

Chaque groupe était accompagné par une éducatrice sociale et une éducatrice familiale avec la collaboration des parents, qui demeuraient néanmoins responsables de leurs enfants. En plus d’une sortie en canoë, les participants ont eu droit à un petit-déjeuner, à un déjeuner et des rafraîchissements qui ont permis de garantir le bien-être, l’intégration et la détente de tous pendant cette journée.



Camp d’autonomie pour la jeunesse

Jeudi 16 Aout 2012

65 adolescents intégrés dans les programmes de fondations membres du Consortium d’organisations non gouvernementales en faveur de la famile et l’enfance écuatorienne (Confie), ont participé du jeudi 16 août au lundi 20 août à un camp de jeunesse à Crucita, une plage située au sud de Manta.

Les 5 adolescents de la fondation Cristo de la Calle et leur accompagnateur ont pu profiter des rencontres avec les autres jeunes, de la mer, des activités sportives, des jeux et autres animations proposées par les encadrants selon des axes thématiques.

En y participant activement, en se mêlant aux autres campeurs, en partageant leurs idées, ils ont parfaitement collaboré à la mise en oeuvre de ces activités.

Cette rencontre avait pour principal objectif de développer l’autonomie des jeunes – ils étaient eux-mêmes les principaux acteurs du camp (organisation, autofinancement, planification des activités)- et de renforcer leurs capacités de sociabilité avec des jeunes issus d’autres horizons et possédant des cultures différentes.


Cette rencontre avait aussi pour but de favoriser l’acquisition et la consolidation des valeurs de solidarité, d’interculturalité et de responsabilisation.

Dès leur retour du camp, ces jeunes se sont montrés très enthousiastes, prêts à participer à d’autres camps et à rencontrer d’autres jeunes d’Ibarra à travers l’organisation de promenades, d’activités, d’ateliers destinés à développer leurs qualités d’animateurs.

Est désormais à l’étude l’intégration d’un plus grand nombre d’adolescents dans le processus d’autonomisation de la jeunesse, notamment en créant des opportunités de rencontres plus régulières.



Journée des enfants à Cristo de la Calle

Vendredi 29 Juin 2012

Cristo de la Calle a dédié une journée à la fraternité et à la compréhension entre les enfants. Cet événement, qui s'est tenu le 8 juin au lac de Yahuarcocha, a réuni 138 enfants et adolescents dans le but de promouvoir des espaces de loisirs à travers des activités ludiques visant à intégrer et à promouvoir les droits des enfants et des adolescents.

Cet événement, qui a eu lieu dans une ambiance chaleureuse, a réuni tous les enfants bénéficiant de l'aide de l'association. Ceux-ci ont manifesté beaucoup d'enthousiasme et de joie à partager du temps ensemble et à participer aux activités proposées par Cristo de la Calle.



Besoins

Mercredi 1 Janvier 2014

Psychologue ou stagiaire master psychologie

Besoins humains
En savoir plus...

Psychologue ou stagiaire master psychologie

Besoins humains

Nécessité d'un(e) second(e) psychologue pour répondre aux besoins d'accompagnement des enfants et familles bénéficiaires du projet.

-Description de la mission :
Accompagnement psychologique des enfants et familles bénéficiaires de l’association (à domicile, au siège de la fondation ou en maisons d'accueil) en situation de grande vulnérabilité. Travail en équipe pluridisciplinaire.

-Objectifs de la mission :
Renforcer les possibilités d'accompagnement psychologique des bénéficiaires de la fondation, améliorer la qualité de l'accompagnement

-Lieu de la mission:
Fondation Cristo de la Calle (Maldonado 14-119 y Guillermina García, Ibarra, Équateur)

-Apports de la mission à la fondation :
Obtention d'un regard extérieur sur les pratiques de la fondation. Possibilité d'échanges de pratiques, d'innovation, et d'accompagnement des bénéficiaires de meilleure qualité

-Durée de la mission :
Période supérieure à 6 mois

-Volume horaire par jour et nombre de jours travaillés par semaine :
Du lundi au vendredi
8h30-13h / 15h-18h30

-Précédentes expériences :
Accompagnement d'enfants et de familles vulnérables dans des conditions de travail diverses et changeantes. Expériences long-terme à l'étranger.

-Études :
Master en psychologie

-Niveau d’espagnol:
Intermédiaire

-Compétences et qualités requises :
Capacité d'adaptation importante, grande autonomie, dynamisme, prise d'initiative, flexibilité

-Dépenses prises en charge par l'association :
Aucun

-Dépenses prises en charge par le bénévole :
Alimentation

-Possibilités d’accueil (logement, nourriture, etc.) :
En fonction de la période un logement pourra éventuellement être partagé avec des jeunes accueillis par Cristo de la Calle au sein d’une des maisons de famille. Si cela n’est pas possible le volontaire aura alors à sa charge le logement.

Travail au sein et en dehors du siège de la fondation

Curriculum Vitae + Lettre de motivation

benevolat@uneoptiondeplus.org

Mercredi 1 Janvier 2014

Fiche d'identité

Association sans but lucratif de droit privé à but social ou public, légalement constituée n°502 du 3 avril 1995 Ministère du Développement économique et social (MIES)

L’association Cristo de la Calle est située à Ibarra (site de la ville d’Ibarra), aux pieds des Andes (2200 d’altitude). Ibarra est une ville du nord de l'Équateur, capitale de la province d'Imbabura. Elle est située au pied du volcan Imbabura, sur la rive gauche de la rivière Tahuando, à 73 km au nord-est de la capitale du pays Quito.

Avec ses 131 856 habitants (selon le recensement réalisé en 2010 par l’institut national de la statistique et des recensements), Ibarra est une ville très cosmopolite (métis, indigènes, afro-équatoriens s’y côtoient), caractéristique peu commune dans la région de la Sierra. La ville, très animée en semaine, est considérée comme le centre économique, éducatif et scientifique du Nord de l’Équateur.

Conscients de la situation d’extrême précarité dans laquelle sont de nombreux enfants de la ville d’Ibarra et de sa couronne périurbaine, Juan Francisco Santacruz et Claudia Ibadango ont décidés de mettre en place une structure visant à renforcer l’aide apportée aux enfants et aux familles vulnérables. L’idée de création de cette structure est le fruit de discussions entre ses membres fondateurs et les enfants des rues.

De simples discussions informelles, l’activité s’est ensuite développée vers la mise en place de réunions de soutien le week-end, puis par l’ouverture d’un refuge. L’élément déclencheur de cette évolution de l’activité est encore vivace dans l’esprit des fondateurs de l’association.

Dans la nuit du 12 octobre 1993, afin de venir en aide à cinq enfants, une mère adolescente et sa fille, ils ont décidé de les accueillir au sein de la maison sociale «San José», le premier foyer, pour une durée de deux mois. À la fin de cette même année, ils ont obtenu la mise à disposition par « La curia » (association catholique) d’une maison de la rue Maldonado, désormais baptisée « Cristo de la Calle » constituant le second foyer de l’association. Très vite, Cristo de la Calle a dû faire face à une augmentation de ses besoins en raison du nombre toujours plus grand de personnes nécessitant le soutien de l’association.

L’action de Cristo de la Calle, bien que rendu difficile en raison de ses faibles moyens financiers et matériels, fut peu à peu reconnue et soutenue. En 1995, Cristo de la Calle reçoit le soutien de l’INFA (Institut de l’Enfance et de la Famille), qui était alors une institution privée à but non lucratif. En effet, à l'époque, l'INFA était une association caritative gérée et créée au niveau national par la femme du président en place, qui regroupait plusieurs femmes fortunées du pays.

L'INFA a permis à Cristo de la Calle de se constituer en tant qu'association au niveau du droit équatorien et de consolider ses activités (rédaction de ses statuts, valorisation de l'action de la structure auprès du ministère du bien-être social de l'époque). Le 3 avril 1995, Cristo de la Calle est officiellement devenue une association du droit équatorien alors même qu'elle fonctionnait depuis presque deux ans déjà de manière informelle. Suite à cette reconnaissance de l’association comme structure légalement constituée, l'INFA a financées les actions de l'association à travers différentes subventions accordées en fonction des projets développés par la structure. Le ministère du bien-être de l'époque puis le MIES ont toujours soutenu Cristo de la Calle via la signature de deux accords qui sont aujourd’hui encore d’actualité:

- Une contribution versée chaque mois pour chaque enfant accueilli au sein de la structure.
- Une subvention garantissant les services de base d'une association afin qu'elle puisse remplir ses objectifs (accès à l'eau courante, au mobilier, assurer les achats alimentaires, consolider son action de sensibilisation des droits de l'enfance auprès de la population locale, soutenir les familles en difficulté afin d’empêcher que l'enfant ne soit écarté de son foyer).

Très vite les financements accordés furent en inadéquation face à la demande exprimée par la population locale. En 1998, Cristo de la Calle a initié une dynamique d'échange entre les associations au niveau national afin qu'elles puissent échanger sur leurs pratiques et générer une nouvelle méthodologie d'attention aux besoins des enfants (CONFIE). Ces échanges entre différentes structures du pays a permis à

Cristo de la Calle de s'interroger sur ses pratiques et de réorienter certaines des activités qu'elle menait jusqu'alors (l'attention portée à l'enfant s'est faite de manière plus individuelle, le système d'auberge a laissé place aux maisons de familles). D'une méthodologie principalement orale, Cristo de la Calle a commencé à instaurer un système de suivi de l'enfant plus concret, avec pour chacun d’eux un dossier écrit et consultable à tout moment par toute l’équipe technique de la structure. Au sein de ce document sont consignées toutes les activités de l'enfant, permettant un suivi dans son évolution, tout en respectant certaines normes imposées au niveau mondial.

L'objectif de la CONFIE nourrit donc une double ambition. La première consiste à améliorer les pratiques des associations membres vis-à-vis de l'enfant. La seconde vise à transférer cette méthodologie au niveau étatique, via l'INFA, pour que chaque association du pays, mais aussi les institutions étatiques, puissent bénéficier des avancées réalisées par la CONFIE.

Calle Pedro Vicente Maldonado 14-119 y Guillermina García Apartado Postal 10-01-103 Ibarra - Imbabura -Ecuador

Ibarra

Bureau de l’association : +593 (0)6 26 41 056
Juan Francisco Santacruz, Président: + 593 (0)99 60 88 569

cristodelacalle@yahoo.com (contact administratif)
crito-de-la-calle@hotmail.com (contact volontariat)

Blog: cristodelacalle.wordpress.com/
Facebook de l’association : www.facebook.com/FundacionCristodelaCalle
Twitter: @Juan2fran2

Les membres fondateurs de l’association, en 1994, sont toujours présents aujourd’hui au sein de la structure. Bien que leurs rôles respectifs aient très largement évolué en raison des orientations prises par la structure et du nombre de bénéficiaires toujours plus nombreux, ils ont su rester proches des enfants, et ont gardé l’esprit militant qui les avait incité à monter cette association, il y a aujourd’hui plus de 19 ans. L'équipe est engagée et soudée derrière les mêmes objectifs. Les personnes que j'ai pu rencontrer ont la même vision de leurs missions et n'hésitent pas à soutenir des projets annexes aux leurs.

Améliorer les conditions de vie des familles et des enfants de la province d'Imbabura, qui se trouvent en situation de vulnérabilité et de violation de leurs droits.

OS1. Assurer un accueil et un soutien permanent qui permet un bon développement de l’enfant et son intégration au sein de la société.

OS2. Offrir aux enfants vulnérables ou orphelins, le droit à une vie familiale dans un environnement social favorable, leur permettant de développer leur potentiel et de devenir les acteurs de leur propre développement.

OS3. Renforcer les capacités des parents à maintenir un cercle familial qui permet à l’enfant de grandir dans un univers serein et stable.

OS4. Encourager une participation active de la population locale à défendre et respecter les droits de l’enfant.

1. Mi derecho a vivir en familia (Mon droit à la vie de famille). Il s’agit ici d’assurer un cadre familial stable aux enfants qui se dirigent vers « Cristo de la Calle ». Ce projet prend la forme d’un accueil institutionnel (casa familia), et apporte une protection et une prise en charge intégrales des enfants et adolescents. Afin de ne pas désorienter les enfants et les adolescents, l’association cherche à les placer en priorité dans le cercle familial proche, si les parents ne sont pas présents ou, à défaut, elle s’assure de les placer dans une ambiance familiale, stimulante et communautaire. En 2006, la mairie d'Ibarra a donné son accord pour la donation d'un terrain et la construction d'une casa familia (los ceibos). Auparavant l’association devait payer chaque mois un loyer qui leur coutait 450$. Aujourd'hui, trois casas familias ont étés construites et abritent chacune huit à dix enfants, deux dans les complexes touristiques de Yuyucocha et une autre dans le quartier de los ceibos.

2. Proyecto Niños libres (Projet Enfants libres). Ce projet initié en 2006 est réalisé en partenariat avec l’INFA. Il est destiné aux enfants dont les parents encourent des peines de prison au sein du centre carcéral d’Ibarra. Ce projet a pris forme avec la présence d'enfants au sein de la prison d'Ibarra. Les enfants, généralement nés au sein du centre carcéral restaient avec leurs parents en prison sans jamais pouvoir en sortir. Sans éducation et prisonniers, au même titre que les parents, les enfants accusaient de graves retards de développement et des difficultés à s'insérer en dehors des murs de la prison. Afin de remédier à cette situation, Cristo de la Calle sollicite le parent qui n'est pas incarcéré ou des membres de la famille proche afin de voir s’il y a une possibilité d’accueillir l'enfant au sein d'une structure familiale en dehors de la prison. Quand cela n'est pas possible (quand les deux parents sont incarcérés et que la famille proche ne présente pas les garanties nécessaires à l’accueil d’un enfant) Cristo de la Calle prend en charge directement ces enfants. La structure accueille ces enfants au sein des casas familias afin qu'ils puissent grandir en dehors des murs d'une prison, et suivre une scolarisation et une enfance normale. L’association s'assure par ailleurs que les enfants puissent rendre visite de façon hebdomadaire aux membres de leur famille effectuant leur peine. En parallèle de cette prise en charge des enfants, des travailleuses sociales effectuent des visites bimensuelles au centre carcéral afin de rencontrer les parents, pour simplement leur proposer une écoute, ou, s'ils le souhaitent, mettre en place avec eux un projet de micro entreprises (au sein de la prison ou en dehors) et faciliter ainsi leur réinsertion à l'issu de leur période d'emprisonnement.

3. Apoyo a la autonomía (Appui à l’autonomie). Ce projet a été développé pour les jeunes adultes que l’association suit de manière régulière qui souhaitent prendre leur indépendance. L’objectif est ici de mettre en place en co-construction avec les jeunes adultes de l’association, et ce, sans distinction de genre, un processus qui les mènera vers l’autonomie. En les accompagnant de façon quotidienne, la structure leur permet d’appréhender au mieux cette étape importante qu’est l’entrée dans la vie d’adulte en leur garantissant l’accès aux facteurs économiques, sociaux et culturels nécessaires à l’émancipation du jeune. En inculquant chez ses bénéficiaires les notions de droits et de devoirs, Cristo de la Calle participe à l’acquisition chez eux d’un certain nombre de valeurs qui feront d’eux des citoyens éclairés, autonomes et responsables.

4. Apoyo Familia (Appui à la famille). Ce projet met en place un appui familial à destination des foyers les plus vulnérables, où les enfants sont potentiellement exposés à des situations d’abandon, de maltraitance, ou ne sont pas scolarisés par les parents. L'objectif de ce projet est de prévenir et de diminuer, via un processus de prévention, les phénomènes de maltraitance envers l’enfant, et de mettre en place de nouvelles méthodes éducatives visant la promotion et le développement d’un modèle familial stable. La volonté première de Cristo de la Calle est de faire en sorte que l'enfant puisse rester au sein de sa famille. A cet effet, l’association travaille en coopération avec les familles à l'aide d'un outil méthodologique, le « plan global familial ». Ce plan global, auquel les familles doivent participer, met en place un certain nombre d'objectifs et des activités permettant d'identifier et de remédier à certaines lacunes identifiées au sein de la structure familiale. Dans le cas où la famille ne donne pas les garanties nécessaires au bon développement des enfants, la structure cherche alors à les placer au sein de la famille prise au sens large. Dans les cas les plus extrêmes, l’association Cristo de la Calle lance une procédure d'adoptabilité. Pour les plus jeunes, ou pour les adolescents qui ne répondent plus aux critères, la structure entame un processus d'autonomie/d’émancipation.
Ainsi, sur le même principe que les casas familias, Cristo de la Calle achète un terrain et construit une maison grâce à l'aide d'une coopérative, qu'elle revend ensuite à bas coût à certaines familles afin que ses dernières puissent devenir propriétaires de leur bien en remboursant petit à petit la maison, en lieu et place d'un loyer mensuel. Pour le moment ce projet à donner lieu à onze constructions de maisons.

5. Famille d’accueil. L’objectif de Cristo de la Calle est d’assurer aux enfants un cadre familial. Les casas familia apportent une solution d’accueil mais ne remplace cependant pas l’affection que peut constituer une famille. Les processus d’adoption ne sont pas toujours possibles, aussi l’association cherche à trouver une solution intermédiaire entre la maison de famille et l’adoption. L’objectif actuel est de sensibiliser des familles à l’accueil d’un enfant, que cet accueil se fasse de manière ponctuelle (week-end, vacances…) ou de manière permanente. Les premiers résultats sont bons et l’association Cristo de la Calle est convaincue que le dispositif de famille d’accueil est une des orientations les plus efficientes pour la structure mais également une alternative adaptée aux besoins de l’enfant.

6. FINCA (domaine/exploitation agricole). Un terrain d’un peu plus de cent hectares a été acheté en février 2009 par l’association Cristo de la Calle. Il est situé à environ une heure et demie de route d'Ibarra (95km), prés de la province d'Esmeraldas. Le projet se constitue d’une parcelle de cacao très rare dans cette région et cultivé selon les principes de l’agriculture biologique (90Ha avec une répartition de 30Ha pour le projet finca et 60Ha pour les familles qui vivent près de la finca), de maïs (10Ha) et de bananiers (8 Ha). Les recettes de l’exploitation de la finca permettent de financer les activités de l’association. A termes, les recettes devraient assurer à l’association une source de revenu pérenne. L'acquisition de ce terrain, qui a coûté 80 000$, a été financée à hauteur de 45% par des dons financiers privés en provenance d'Italie, le reste du paiement ayant été réalisé par Cristo de la Calle. Le fondo Italo-Equatoriano a, quant à lui, permis d'acheter des semences de cacao, non seulement pour la parcelle de Cristo de la Calle, mais aussi pour les familles autochtones vivant aux alentours de la finca. Le projet finca participe donc à la pérennité de la structure sur le long terme, mais aussi à former la communauté voisine à l'agriculture biologique via un transfert de connaissances. L’association compte s’appuyer sur la communauté locale en organisant des mingas pour développer au plus vite les activités de l’exploitation (En quechua “mink´a” est un terme aborigène d'Equateur et du Pérou, c’est un phénomène qui consiste en un regroupement des habitants d’une communauté pour réaliser un travail agricole collectif et d’utilité sociale, en partant du principe que la Minga permet de réaliser un travail en commun plus rapidement et de meilleure qualité permettant de construire les infrastructures). Pour le moment, mis à part la parcelle de maïs et de bananiers, l’association ne bénéficie pas des retombées économiques de cette activité puisque le cacao demande une période de trois ans avant de pouvoir être récolté.

7. Complexe touristique Yuyucocha. Ce complexe comprend un grand terrain avec piscines, bar, jeux, espaces dédiés au pique nique, une lagune artificielle et des animaux. Le site est prêté par le gouvernement sous la forme d’un bail s’étendant sur une période allant de 2002 à 2012, avec possibilité de renouveler le bail à l’issu de cette période jusqu'en 2017. Le complexe accueille actuellement deux maisons familiales (Yuyucocha1 et Yuyucocha2) construites par Cristo de la Calle et qui abritent chacune huit enfants. L’association n’est donc pas propriétaire des lieux mais en a l'entière jouissance et administre seule le site. Ce projet a toujours été perçu par la structure comme un moyen de financement pour les activités de l'association, mais il est également un espace d'apprentissage et de récréation pour les enfants de l’association. La gestion du site est, pour Cristo de la Calle, un moyen de réinsertion sociale pour les enfants, mais également un processus de réinsertion par le travail. Les enfants qui le souhaitent peuvent participer aux travaux d'entretien du site, assurer le service de billetterie et s’immerger de manière ponctuelle dans le monde du travail, en échange d'une petite rémunération.

1. Activités rattachées à l'OS1. Assurer aux enfants un accueil et un soutien permanent qui permet un bon développement de l’enfant et son intégration au sein de la société.
Prise en charge de l’enfant dans les domaines juridique, social, psychologique, médical et scolaire
Prise en charge intégrale de l’enfant au sein de la maison de famille (casa familia) avec la mise à disposition de soins quotidiens, scolarisation, loisirs, nutrition, habillage, assistance médicale, évaluation et soins psychologiques des enfants et adolescents accueillis
Elaboration de PAINA (Projet d’attention intégral à l’enfance et à l’adolescence) : plan de travail individualisé avec des objectifs précis pour chacun. L’association compte 3 casas familias qui accueillent chacune entre 6 et 8 enfants (soit entre 24 et 32 enfants au total en permanence)
Réception, enregistrement, évaluation et validation des cas de violation des droits infantiles.
Appui à émancipation pour les adolescents et les jeunes qui n'ont pas pu être réinsérés en famille, ou qui sont en situation difficile. L’association les soutient pour qu'ils puissent être totalement autonomes.

2. Activités rattachées à l'OS2. Offrir aux enfants vulnérables ou orphelins, le droit à une vie familiale dans un environnement social favorable, leur permettant de développer leur potentiel et de devenir les acteurs de leur propre développement.
Recherche d'une famille d'accueil dans l'entourage proche de l'enfant
Évaluation des familles d’accueil potentielles afin de s’assurer que les conditions requises pour le bon développement de l’enfant soient réunies.
Préparation et formation des familles pour accueillir l'enfant, suivi de son adaptation.

3. Activités rattachées à l'OS3: Renforcer les capacités des parents à maintenir un cercle familial qui permet à l’enfant de grandir dans un univers serein et stable.
Enquêtes socio-économiques des familles et élaboration de dossiers de suivi afin de repérer au plus vite les difficultés rencontrées au quotidien par ces dernières.
Visite des familles à domicile pour le suivi et l’accompagnement des enfants pris en charge
Remise de paniers alimentaires et de produits d’hygiène équivalents à 80 ou 100$ par mois et par enfant
Organisation d’évènements à partager en famille (anniversaires, día del niño, día de la familia, mingas, randonnées, etc.)
Organisation d’activités sportives et culturelles à destination des familles dans le but de renforcer le lien social.
Formation des parents à la culture de leur terrain, souvent inexploité, afin qu’ils puissent cultiver des fruits et légumes frais.
Visite des familles à domicile pour assurer un soutien psychologique et moral
Organisation de différents ateliers en direction des parents (atelier du plan national de bien être, élaboration de menus pour une alimentation équilibrée, montage de projet, favoriser l’initiative économique)

4. Activités rattachées à l'OS4 : Encourager une participation active de la population locale à la promotion des droits de l’Enfant.
Formations et tables rondes destinées aux parents abordant la thématique des droits de l’enfant
Élaboration de moyens de sensibilisation en vue de la diffusion des programmes de prise en charge à travers des moyens de communication (prospectus, affiches et spots radio)
Mise en place de modules de formation et de sensibilisation pour prévenir les mauvais traitements et sensibiliser sur les droits de l’enfance et de l’adolescence
Réalisation de cours communautaires pour parents

Population touchée de façon directe :

124 enfants, âges entre 1 et 18 ans, bénéficient d’une bourse accordée semestriellement par l’INFA à la structure. Cette bourse ne couvre pas l’intégralité des frais réels pour un enfant mais permet à l’association de continuer à exercer son activité. Sans chiffres précis, de nombreux enfants sont suivis par la structure et bénéficient du soutien de l’association. Cristo de la Calle va bien au-delà du chiffre officiel de 124 enfants, et on chiffre à presque 200 le nombre d’enfants qui bénéficient d’une aide directe ou partielle de l’association. Ces enfants se repartissent au sein des différents projets de la structure. La structure fournie également les services de base, intente des procédures d’adoption, assure des soins de qualité en termes psychologique, médical, social, éducatif, d’hygiène, de fourniture de vêtements, de loisirs, etc.

1. Mi derecho a vivir en familia (Mon droit à vivre en famille). 60 enfants et adolescents sont pris en charge. 180 pères, mères ou tuteurs d’enfants et d’adolescents bénéficient des programmes de l’association pour une insertion future de l’enfant au sein d’un foyer.

2. Proyecto Niños libres (Projet « Enfants libres »). 64 enfants et adolescents de parents privés de liberté en sont bénéficiaires. Mais la encore, le projet ne se limite pas aux seuls enfants. Un travail de montage de micro entreprise est entrepris avec les parents détenus pour qu’à leur sortie, le cercle familial puisse se reformer et que les parents soient en mesure d’assurer leurs rôles.

3. Apoyo a la familia (Appui à la famille). 67 enfants et adolescents sont pris en charge dans le cadre du programme d’appui familial et d’assistance à domicile. 10% d’entre eux sont en situation de handicap léger ou sévère, et nécessitent un traitement quotidien. 50 à 60 familles bénéficient elles aussi directement de ce programme.

Population touchée de façon indirecte.

Aucune étude n'a été réalisée concrètement pour connaître l'impact de l'action de Cristo de la Calle de manière plus générale, et la population touchée est difficilement identifiable. Cependant, Juan Francisco Santacruz pense qu'au moins 800 familles d’enfants et adolescents ont été pris en charge parmi tous les programmes présentés. On considère aussi comme bénéficiaires indirects, toutes les personnes qui, bien que ne recevant pas de formation directe, sont sensibilisées aux problématiques traitées, par le biais des annonces radios, des affiches, des flyers et via leur participation aux tables rondes de formation. Par le biais de ces tables rondes de formation, l’objectif est de sensibiliser 200 personnes, et il est prévu de toucher jusqu’à 20 000 habitants grâce aux campagnes sociales diffusées dans toute la province.

Galerie